Concours « The Intelligent Hosts » – « Apprends-moi » – [SONGFIC]

Fanfic écrite pour le concours « Welcome to the INFINITE Host’s Club – ‘The Intelligent Hosts’ »
La chanson utilisée est « Last Romeo »

 

Peu importe si cela est du poison, je le prendrai volontiers
Aucune autre tentation ne pourra être aussi douce et forte que toi

 

Le soleil perçait à travers les rideaux. Howon se réveilla lentement et quand il fût totalement sorti de sa torpeur, quitta ses draps pour se diriger vers la salle de bain. Il se doucha en vitesse, se prépara minutieusement et descendit prendre son petit-déjeuner.

« Salut, beau gosse ! Bien dormi ? Pas trop stressé ? » lui lança son frère avec un sourire.

 

Howon maugréa une réponse évasive et s’attaqua à son bol de riz. Sérieusement. Bien sur qu’il avait stressé. Il n’avait quasiment pas dormi et quand il l’avait fait, des rêves bizarres étaient venus le hanter. Aujourd’hui, c’était le jour de l’audition de danse. Il s’était entrainé avec acharnement et il savait exactement ce qu’il devait faire pour réussir. Mais l’angoisse lui tenaillait le ventre. Tellement de gens se présentaient à cette audition. Certainement meilleurs que lui et avec beaucoup plus d’expérience. Quand il fut prêt, il enfila sa veste et ses chaussures et sortit de la maison. Il se dépêcha d’attraper son bus pour ne pas être en retard et fut devant la salle avec une heure d’avance. Il put se préparer à son rythme et s’échauffer doucement. Cela faisait maintenant 40 minutes que l’audition avait commencé et le tour d’Howon arriva enfin. Il entra dans la salle et se positionna lorsque les juges le lui demandèrent. Ses mains tremblaient. Il se concentra sur les premières notes de musique et commença à danser. Son style hip-hop parut plaire au jury, qui recherchait de nouveaux danseurs. Howon avait maintenant l’esprit totalement vide et seul le plaisir de danser animait ses gestes. Il s’imaginait seul, dans une salle d’entrainement. S’il le voulait, il pouvait danser pendant des heures. Soudain, une douleur le ramena à la réalité. Sa jambe droite ne pouvant plus le soutenir, il s’écroula par terre en se tenant la jambe. Non. C’était impossible que ça finisse comme ça. On fit venir une ambulance qui l’emmena à l’hôpital. Après plusieurs examens, un médecin vint le voir dans sa chambre. Son frère était venu le rejoindre et tentait de le réconforter.

« Bonjour Howon. Comment te sens-tu ? » amorça le docteur.
« Qu’est-ce que vous croyez ? J’ai mal. Et à cause de mon genou, j’ai raté la plus belle chance de ma vie de devenir danseur professionnel ! » cracha-t-il.
« Arrête ça Howon ! » s’énerva son frère. « Excusez-le, docteur. Cette audition était vraiment importante pour lui. »
« Ça ne fait rien. Justement, ton genou Howon. Je vais t’expliquer ce qu’il s’est passé. Dans notre articulation, nous avons un tendon, le tendon rotulien, qui rattache la rotule au tibia. Il arrive cependant qu’à cause d’efforts intenses et répétés, ce tendon faiblisse et se détache progressivement du tibia. Lors de ton audition, tu as trop forcé sur ton genou. D’ailleurs, tu devais avoir mal depuis un moment, n’est-ce pas ?

 

Le frère d’Howon se tourna vers celui-ci et le dévisagea.

« Comment ça, tu avais mal au genou ? Pourquoi tu n’as rien dit ? » s’étonna-t-il.
« Je ne pensais pas que c’était si important. Je pensais que c’était dû à l’entrainement et que ça passerait. Je mettais de la glace dessus et prenais des antidouleurs et des anti-inflammatoires. Mais combien de temps il va falloir que je reste immobilisé ? » demanda-t-il, en espérant que cela ne dure pas trop longtemps.
« Vu l’état de ton genou, il faudra un arrêt total de tes activités sportives pendant un minimum de 6 mois, en plus de séances de kinésithérapeute 2 fois par semaine et de la rééducation pendant 1 mois. »

 

Un silence s’abattit dans la petite chambre. Howon regardait fixement le médecin en se demandant s’il avait mal entendu. Son frère le fixait pour guetter la moindre réaction.

« Pardon ? Vous avez dû vous tromper. Ce n’est pas possible que je reste inactif pendant 6 mois. Vous vouliez dire 6 semaines, non ? » tenta Howon, submergé par l’angoisse.
« Non Howon. Je parle bien de 6 mois. »

 

Le verdict était tombé. Les larmes ne pouvant plus être retenues, elles finirent par couler sur les joues du jeune homme.

 

 

Ta personne si éclatante engloutit toute la noirceur du monde, et cette lumière m’aveugle
L’obscurité perd face à ta force, je n’ai besoin que de toi

 

La nuit était tombée depuis plusieurs heures. Dongwoo travaillait à mi-temps en tant que serveur dans un Starbuck. Alors qu’il retournait à son scooter pour enfin rentrer chez lui, un bruit le fit sursauter. Un chien. Il regarda l’animal trottiner vers lui et s’asseoir gentiment près de ses jambes. Il voulait peut-être venir avec lui.

« Retourne chez toi le chien » dit le garçon d’une voix basse.

 

L’animal le regarda mais ne bougea pas. Dongwoo eut pitié de lui et décida de le prendre. Il le mit tant bien que mal dans sa veste et démarra. Ils partirent donc à deux vers ce qui semblait être un complexe d’appartements miteux. Les murs étaient tagués et sales et des déchets recouvraient une partie du sol qui menait à l’entrée. L’époque où il fallait rentrer le code était loin car le boitier pendait lamentablement dans le vide et le jeune homme ouvrit la porte sans difficulté. Il fit rentrer le chien avec lui et gravit les escaliers quatre à quatre. Il s’arrêta au 4ème étage, devant l’appartement 48. Il sortit la clé de sa poche et ouvrit la porte, qui grinça de mécontentement.

« Voilà mon palace. Fais comme chez toi, l’ami » dit-il joyeusement au chien tout en lançant ses clés sur le meuble de l’entrée.

 

Il prit rapidement une douche, grignota du pain, en donna un peu au chien et alla se coucher. Le réveil sonna à 7 heures le lendemain matin et le jeune homme se leva sans difficultés. Il s’habilla, grignota un morceau et sortit de chez lui avec son nouvel ami. Quand Dongwoo se dirigea vers son scooter, le chien le suivit.

« Ah non, p’tit père ! Là, ça va pas être possible tu sais ? Je vais bosser, je peux pas te prendre avec moi. »

 

Il démarra et partit sans un regard pour l’animal.

Dongwoo cumulait les boulots à mi-temps. Du lundi au vendredi de 8h à 11h, il livrait les journaux, de 12h à 14h il faisait la plonge dans un petit restaurant et de 16h à 22h, il travaillait dans un Starbuck. Le samedi, il livrait des pizzas et il se laissait le dimanche de libre pour se reposer. Aujourd’hui était le jour des livraisons. Ses horaires étaient 8h/14h. Il aimait ses horaires là, car elles lui permettaient de rentrer chez lui plus tôt pour se reposer.

Quand son service fût fini, il décida d’aller chercher son chien pour aller au parc. Quand il arriva devant son immeuble, l’animal avait reconnu le bruit du scooter et était venu à sa rencontre. Le jeune homme monta chez lui prendre sa guitare et ils repartirent pour le parc. Dongwoo s’installa sur un banc et regarda autour de lui. Pas beaucoup de monde, tant mieux. Ne pouvant pas s’entrainer chez lui à cause de ses voisins, il s’était résolu à venir dans ce parc, qui n’était pas souvent habité. Un jeune garçon était assis plus loin mais ne semblait pas s’occuper de lui. Il commença donc à jouer une ballade pour se chauffer les doigts. Le son de la musique le détendit aussitôt. Il aimait également la sensation des cordes sur ses doigts. Il ne vit pas que l’autre garçon avait tourné sa tête pour le regarder jouer. Quand il eut fini de se chauffer les doigts, il s’attaqua à des morceaux plus rock et sa voix s’ajouta au son de la guitare. Il s’arrêta quand il entendit quelqu’un crier. Son chien s’était approché du jeune garçon, qui ne semblait pas apprécier. Dongwoo se leva et alla rattraper l’animal.

« Pardon, je suis désolé ! Il n’est pas méchant, je t’assure » dit-il, tentant de calmer le garçon.
« C’est ton chien ? On dirait un chien abandonné ! » lâcha amèrement Howon.
« Eh bien, la vérité, c’est que je l’ai trouvé hier ! » se mit à rire Dongwoo.

 

Howon le scruta intensément, cherchant à savoir ce qui l’avait fait rire. Ce mec était bizarre. Ils firent connaissance et commencèrent à discuter des capacités musicales de Dongwoo.

« Depuis quand tu joues de la guitare ? Tu as pris des cours de chant aussi ? » questionna Howon, curieux.
« Je joue depuis, hum, environ 10 ans je pense. Et je n’ai jamais pris de cours de chant. Pourquoi, je chante bien ? » demanda Dongwoo en souriant.
« M’ouai, ça va » répondit-il en détournant la tête du visage souriant du garçon.
« Et toi alors ? Tu chantes, tu joues d’un instrument ? T’es p’tête bon en sport ou une tête à l’école ? » enchaina joyeusement Dongwoo.

 

Le visage d’Howon, déjà pas très joyeux, s’assombrit d’un seul coup. Un silence s’installa.

« Je suis bon en danse » finit-il par dire.
« Vraiment ? Quel genre ? Moderne, classique, western ? Heu, y’a quoi d’autres aussi … »
« Hip-hop » le coupa Howon.
« Ouai, Hip-hop. C’est cool comme danse. J’en vois beaucoup dans mon quartier qui danse ça ! Oua, ils font de ces figures, sur les bras et tout ! Attends, c’est ça que tu danses ? »
« Ouais »
« Tu peux me montrer quelques trucs vite fait ? » demanda Dongwoo, joyeusement et  innocemment.

 

Howon le regarda droit dans les yeux, ce qui déstabilisa le jeune homme.

« Non, je ne peux pas ! Je ne peux pas ! » cria-t-il en bondissant sur ses jambes.

 

Dongwoo recula légèrement sous la surprise mais vit que le garçon en face de lui n’était pas bien.

« Exc-Excuse moi, je ne voulais pas t’énerver. Il y a une raison pour que tu ne puisses pas danser ? » se risqua-t-il à demander.
« Ouais. J’ai le genou droit en vrac. Je ne pourrais plus danser pendant 6 mois. J’ai raté mon audition de danse pour devenir professionnel. Sans entrainement, ça signifie que je vais beaucoup perdre, autant en technique qu’en musculature. Le temps que je me remette à niveau, je ne pourrais surement pas passer d’autres auditions avant un bon moment. » lâcha-t-il d’un souffle avant de laisser couler ses larmes librement et de se rasseoir.

 

 

Éclaire mon chemin que je le veuille ou non, la décision a déjà été prise, je suis prêt à prendre tous les risques
Je te protégerai peu importe les épreuves à venir
Je ne peux voir personne d’autre que toi

 

Il pleurait. Encore. Et devant quelqu’un qu’il ne connaissait même pas. Parfois, il pensait qu’il allait s’en remettre, que 6 mois, ce n’était pas si long et parfois, il se laissait aller, comme maintenant avec Dongwoo. Il allait partir quand l’autre garçon commença à parler.

« Mes parents sont morts quand j’ai eu 19 ans. À partir de là, j’ai du vivre seul. Sérieux, ce n’est pas aussi facile qu’on peut le croire ! Il y a tout un tas de trucs à payer ! J’ai vraiment eu des coups durs. L’argent ne rentrait pas et il fallait que je paye le loyer, sinon j’allais être expulsé. Ça a duré 2 ans comme ça. Je mangeais presque rien, je mendiais parfois. Et puis un jour, le bout du tunnel.  J’ai trouvé du travail. À mi-temps, certes, mais mieux que rien. Moi qui pensais finir ma vie dans la rue, et bien non. Depuis, j’accumule les petits boulots, comme ça, même si j’en perds un, il me reste les autres pour ne pas couler. Toi, ton calvaire, il dure 6 mois. Et tu es sûre de t’en sortir. Et même si ce n’est pas pour maintenant, tu seras surement danseur pro. Ça prendra le temps qu’il faudra. En attendant, je sais pas moi, trouve autre chose à faire, qui pourrait te passionner et faire passer le temps plus vite ! »

 

Howon fixait Dongwoo. Il savait qu’il avait raison. Même s’il souffrait, sa vie n’était pas instable au point de ne pas voir son avenir en tant que danseur. Il était égoïste. Dongwoo, lui, vivait dans l’incertitude constante. Après cette conversation, Howon se senti soulagé d’un poids. Il était prêt à aller de l’avant. Le chien arriva alors vers eux, avec un bâton énorme dans la gueule. Dongwoo le lui prit et le lança aussi fort qu’il put.

« Comment il s’appelle ? » demanda Howon, d’un ton plus calme.
« Aucune idée. Je lui ai pas encore trouvé de nom. D’ailleurs, si t’as une idée, moi je sèche. »
« Heu, ok. Pourquoi pas Bokshil ? Ça veut dire chance. » suggéra-t-il.
« Parfait ! Vu qu’il a eu la chance de me rencontrer ! » rigola Dongwoo.
« Tu parles, ce n’est pas de la chance, ça ! » enchaina Howon, qui se sentait plus à l’aise.
« Ouais, non t’as raison. C’est surtout moi qui ai de la chance qu’il veuille bien rester avec moi ! »

 

Les deux garçons continuèrent à rire un certain temps avant de se séparer. Lorsqu’Howon arriva chez son frère, celui-ci l’attendait dans la cuisine, avec une mine inquiète.

« Howon, non d’un chien, t’étais passé où ? Je me suis inquiété quand je ne t’ai pas trouvé là en rentrant du travail ! Préviens-moi la prochaine fois que tu sors ! » s’époumona son frère.
« Oui, excuse-moi Inho. Mais t’inquiète pas, je vais mieux maintenant. Excuse-moi aussi d’avoir été aussi chiant et de m’être plaint tout le temps. »

 

Inho regarda son frère intensément. Mais qu’est-ce qu’il s’était passé. Howon monta dans sa chambre et s’allongea sur son lit.

« Bon. Fini de déprimer, pensa-t-il. Il faut se bouger maintenant. Dongwoo a raison, il faut que je trouve un truc à faire qui ferait passer le temps. »

 

Après de longues minutes de réflexion durant lesquelles il n’arriva à penser à rien de concluant, il se souvint de  la guitare et de la voix de son nouvel ami.

« Mais oui ! Pourquoi ne pas apprendre à jouer de la guitare ! »

 

Howon avait trouvé ce qu’il voulait faire. Maintenant, il ne restait plus qu’à trouver un professeur.

 

**********

 

Le lendemain, il se mit à la recherche d’une école de musique. Mais quand il vit les prix, cela le refroidit instantanément. Retour à la case départ. Déprimé, il marcha sans but et se retrouva dans le parc de la veille. Il s’assit sur le même banc et commença à réfléchir à une autre solution.

« Salut Howon ! »

 

Quand il releva la tête, il vit Dongwoo, debout en face de lui, avec sa guitare dans le dos.

«  Ça va ? » continua-t-il.
«  Ouais, impeccable. » répondit Howon. « Dis, si j’ai bien compris, tu as tous tes dimanches de libres, c’est ça ? »
«  Hein ? Ouais, c’est ça.  Pourquoi ? » s’interrogea Dongwoo, qui voyait le truc venir.
«  Eh bien voilà. Hier, tu m’as dit de trouver une activité, tu te souviens ? J’en ai trouvé une, mais, comment dire, elle nécessite un professeur. Et, sérieux, le prix est trop élevé ! »
«  Ouais, et où tu veux en venir ? »
«  Bah, je me demandais si tu pouvais être mon professeur. Bien sur, je veux bien te payer, mais heu, pas trop chers non plus. » Howon marqua une pause, gêné. « Tu peux m’apprendre à jouer de la guitare ? »

 

 

Je repousse mes limites au son d’une musique brisée, dans le caractère morne d’une tragédie
Un prélude grinçant d’amour, je m’égare
C’était un doux commencement
Je ne sais pas comment m’en défaire, différentes émotions se bousculent
Une illusion dont je suis sûr, toi et moi, sommes à l’apogée des émotions

 

« Bon, tu positionnes tes doigts comme ça, ok ? »

 

Dongwoo avait accepté d’apprendre à jouer de la guitare à Howon et les cours avaient commencé immédiatement. Bizarrement, ça ne le gênait pas de le lui apprendre. Il trouvait ça plutôt amusant même. Howon était concentré et semblait avoir vraiment envie d’apprendre. Dongwoo se sentait flatté que le jeune homme ait pensé à lui, même si c’était pour une question d’argent. D’ailleurs, il n’avait pas accepté d’être payé. On ne fait pas payer un ami. La leçon dura une heure durant laquelle les deux garçons étaient concentrés sur la guitare.

« Ouaa, j’ai mal aux doigts ! » s’écria Howon à la fin de la leçon, tout en secouant ses doigts endoloris.
« C’est parce qu’ils ne sont pas encore habitués. Mais après, tu n’auras plus du tout mal. Tu peux les plonger dans de la glace pour les soulager. » répondit Dongwoo.
« Ok, je vais faire ça. »

 

Les leçons étaient le samedi et le dimanche, une heure par jour. Les doigts d’Howon ne pouvant supporter plus. Les deux garçons attendaient le weekend avec impatience car tous les deux appréciaient ces moments. L’élève apprenait vite et Dongwoo commençait à lui prêter sa guitare la semaine pour qu’il s’entraine seul. Howon passait plusieurs heures par jour à s’entrainer sur ce que lui avait appris son professeur. Au bout d’un mois, il pouvait jouer une ballade lente sans faute.

« Eh bien, félicitations ! Tu connais ton premier morceau, c’est génial ! » le félicita Dongwoo avec un grand sourire.
« Merci ! C’est quand même grâce à toi si j’ai pu apprendre aussi rapidement. Tu m’as prêté ta guitare pendant la semaine. Sans ça, je n’aurais pas progressé.» répondit-il, en rendant son sourire à Dongwoo.

 

Celui-ci était content d’avoir pu lui apprendre cette chanson aussi vite. Il avait un projet en tête et ce projet prenait Howon en compte. Enfin, encore fallait-il qu’il accepte.

« Bon, j’ai une faveur à te demander. » commença-t-il.
« Bien sur, tout ce que tu veux ! Je te dois beaucoup ! » accepta Howon, sans se méfier.

 

Dongwoo sortit une affiche de sa poche et la tendit à son ami. Celui-ci la déplia et la lue rapidement. Son visage devint pâle d’un coup.

« Hors de question. » lâcha-t-il alors. « Je refuse de faire ça. Tu le fais tout seul. » Il tendit la feuille à Dongwoo sans même le regarder.
« Aller ! On va bien s’amuser ! Et puis, tu n’auras qu’à jouer de la guitare, moi je chante ! » insista-t-il.
« Mais je ne sais jouer qu’une seule chanson ! Le festival est dans deux semaines. Je n’aurais jamais le temps d’en apprendre une autre ! » paniqua Howon.
« Je sais bien. C’est pour ça qu’on va participer avec la chanson que tu connais. Tu as deux semaines pour te perfectionner et t’habituer à jouer cette chanson. C’est largement faisable. Non ? »

 

Dongwoo avait refermé son piège. Son ami n’oserait pas refuser alors qu’il lui devait une faveur. Ce festival était un concours de jeunes talents. On pouvait y présenter tout ce qu’on voulait : jonglage, danse, chant, musique, théâtre et bien d’autres. Les trois premiers seront désignés par un juge et recevront une somme d’argent, plus ou moins importante selon la place sur le podium.

Les deux semaines passèrent vite et le jour du festival arriva. Dongwoo passa prendre Howon chez lui en scooter et remarqua que ce dernier tremblait déjà comme une feuille. Il ne pût s’empêcher de le trouver adorable. Ils arrivèrent au festival à 9 heures, ils allèrent s’inscrire et commencèrent à se préparer. Il y avait beaucoup de groupes de musiques amateurs. Ce qui fit paniquer Howon, qui alla se cacher dans un coin. Dongwoo le rejoignit.

« T’en fais pas, ça va aller. Tu t’es bien préparé, il n’y a pas de raison que ça marche pas. Et puis, je serai avec toi, tu ne seras pas tout seul. » le réconforta-t-il en lui passant son bras autour des épaules.

 

Howon le regarda et se demanda comment il faisait pour être aussi calme. D’ailleurs, Dongwoo souriait tout le temps. Il aimait beaucoup cette facette de son ami. Il s’efforça de se calmer en respirant doucement.

« Oui, ça ira. Merci ! » sourit-il à son tour.

 

Leurs yeux semblaient ne pas pouvoir se détacher mais une annonce les sépara. Il fallait que tous les concurrents de la première partie se préparent. Dongwoo et Howon étaient dans cette partie. Ils se levèrent, allèrent chercher la guitare et prirent un numéro pour savoir l’ordre de passage. Howon tira le numéro 8. Sachant qu’un passage ne durait pas plus de 3 minutes, ils passeraient dans environ 30 minutes.

 

 

Tes lèvres embrassent les miennes souillées me rendant ivre de ton parfum
Aucune récompense n’est supérieure à celle là, je n’ai besoin que de toi

 

Le festival commença. Les concurrents passaient les uns après les autres et le public applaudissait à la fin de chaque numéro. Le tour d’Howon et de Dongwoo arriva enfin.

« Notre concurrent numéro 8 est un duo. L’un à la guitare et l’autre au chant, ils sont amis depuis peu, je vous prie d’accueillir Dongwoo et Howon ! » scanda le présentateur.

 

Ils montèrent les marches qui les séparaient de la scène. Beaucoup de personnes s’étaient rassemblées pour ce festival. Voir tous ces gens donna le vertige à Howon, qui réussit tant bien que mal à aller s’asseoir sur la chaise mise pour lui.

« Howon ! » lui souffla Dongwoo.

 

L’intéressé leva la tête. Son ami était devant le micro, il n’attendait plus que lui. Il respira profondément et s’imagina lors de l’un des entrainements. Il positionna sa guitare, fit un signe à Dongwoo et commença à jouer. Beaucoup de concurrents jouaient de la musique et chantaient. Dongwoo et lui n’étaient pas les meilleurs, loin de là. Mais, il se souvint de la première fois qu’il avait entendu Dongwoo chanter. Dans ce parc, il n’avait cessé de le fixer, ébloui par sa voix grave. Au fil des entrainements, il s’était aperçu qu’il voulait l’entendre chanter encore plus. Sa voix le hantait et il aimait ça. Il ne savait pas quoi faire de ces sentiments étranges qu’il avait développés pour son ami, mais il s’en fichait. Il voulait simplement pouvoir entendre sa voix. Être avec lui, le voir tous les weekends dans ce parc. Il joua les dernières notes de la ballade qu’il connaissait par cœur et entendit la voix de Dongwoo s’éteindre doucement au rythme de la musique. Trois minutes étaient passées et le public les applaudit. Le présentateur leur indiqua la sortie et ils quittèrent la scène. Quand ils furent loin de tout bruit, ils se regardèrent et explosèrent de rire. Le stress laissait place à l’euphorie.

« Mon Dieu ! C’était super stressant ! J’ai eu du mal à marcher jusqu’à la chaise ! » plaisanta Howon, toujours en plein fou rire.
« J’ai cru que tu n’arriverais pas à jouer mais en fait, c’était génial. Tu n’as fait aucune faute ! » lança Dongwoo.

 

Tellement heureux, il enlaça Howon par la taille. Surpris, ce dernier se laissa quand même faire et mit ses bras autour du cou de son ami. Ils restèrent ainsi un moment avant de se séparer.

« Pardon ! Mais je suis trop content je crois. » s’excusa Dongwoo.

 

Howon lui lança un grand sourire. Pas besoin de s’excuser.

Ils avaient beau être plein de joie, les résultats n’étaient pas tombés. Ils allèrent voir le reste des candidats passer en attendant la fin du festival. Quand celui-ci fut terminé, il fallut encore attendre que les juges se décident. Ils annoncèrent les résultats en début d’après-midi. Chaque participant était sur la scène. Le présentateur tenait une enveloppe. Les deux garçons n’en pouvaient plus, ils voulaient savoir, et vite. Elle fut enfin ouverte et l’animateur donna le numéro de la troisième place.

« Pour cette magnifique troisième place, mesdames et messieurs, je vous demande d’applaudir le numéro, …, 13 ! »

 

Un couple s’approcha du bord de la scène pour recevoir un chèque et des félicitations du jury.

« La deuxième place a été attribuée au numéro, …, 26 ! »

 

Un jeune garçon s’approcha à son tour. Il pleurait de joie et ne pouvait prononcer aucun mot.

« Et enfin, la réponse que vous attendez tous. La première place, que tout le monde convoite. Je ne vais pas vous faire languir plus longtemps ! Veuillez applaudir chaleureusement le numéro 5 ! »

 

Une jeune femme s’avança rapidement et alla embrasser l’animateur. Elle fit un discours, remercia beaucoup de monde et se mit à pleurer. Dongwoo et Howon se regardèrent, déçus. Ils quittèrent le festival peu après et retournèrent au scooter.

« Waa ! Je suis déçu. Certes, je ne m’attendais pas à la première place, m’enfin quand même. Mais je me suis bien amusé. Je suppose que le plus important c’est de participer, hein Dongwoo ? » Quand Howon se retourna, il vit son ami sur le point de pleurer. Il paniqua. « Quoi, qu’est-ce qui se passe ? Tu pleures parce qu’on a perdu ? Mais ce n’est pas grave, j’t’assure ! Pas la peine de pleurer pour ça ! Dongwoo, réponds-moi ! » s’inquiéta Howon.

 

Soudain, Dongwoo se mit à sourire et dirigea ses yeux humides vers son ami.

« Je ne suis pas triste. Au contraire, je suis heureux. Mais bizarrement, je n’avais pas envie que ce moment se finisse. Être ensemble sur scène, je ne pensais pas que j’aimerais autant ça. »

 

Howon rougissait de voir ce regard braqué sur lui. Il ne bougeait plus et ne savait pas quoi dire. Lui aussi avait aimé ce moment. Il devrait répondre ça. Mais rien ne voulait sortir de sa bouche. Dongwoo avait ressenti la même chose que lui, il était tellement heureux de le savoir que ses yeux s’humidifièrent également. Voyant qu’Howon allait pleurer, Dongwoo prit son visage dans ses mains et le força à le regarder. Howon pleurait maintenant.

« Dis-moi Howon. Tu n’es pas triste, n’est-ce pas ? » questionna-t-il. Il voulait s’en assurer.
« Bien sur que non ! » réussit à dire Howon. « C’est juste que moi aussi, je ne voulais pas que ce moment s’arrête ! »

 

Dongwoo le prit une nouvelle fois dans ses bras et réussit à le calmer au bout de quelques minutes.

« Bon, on rentre ? » dit Dongwoo en lançant un casque à Howon.

 

Ils firent la route tranquillement et arrivèrent devant la maison de ce dernier. Celui-ci descendit du scooter et retira son casque.

« Garde la guitare pour le moment. » dit Dongwoo en enlevant son casque lui aussi.
« D’accord. » répondit sagement Howon. Il ne voulait pas le voir partir.

 

Dongwoo scruta la rue. Quand ce fut fait, il prit le visage d’Howon dans ses mains et l’approcha de son visage. Il déposa doucement ses lèvres sur les siennes, prenant le garçon par surprise. Quand ils se séparèrent, Dongwoo n’osait plus regarder son ami. Howon était gêné mais il savait que s’il ne disait ou ne faisait rien, la situation deviendrait compliquée. Il tira alors sur la manche de Dongwoo, qui se retourna. Il déposa alors un baiser sur les lèvres entrouvertes du jeune homme.

 

Univers, regarde-moi, laisse-moi gagner. Soleil, lève-toi et donne-moi de la force
Destinée, écoute-moi, ne me condamne pas, je le protégerai

 

 

Cela faisait maintenant 2 semaines qu’Howon avait repris l’entrainement, ce qui le transportait de joie. Il avait passé un pacte avec son frère. Il pouvait rester vivre chez lui, seulement s’il trouvait un petit boulot. Howon travaillait donc dans une pizzeria, non loin d’un certain Starbuck. Les horaires étaient plutôt sympas, même s’il travaillait à mi-temps. Et puis, travailler ne le dérangeait absolument pas, s’il pouvait rester près de Dongwoo. Il avait assez de temps pour se remettre à niveau et visait une audition de danse qui se déroulerait dans 3 mois. Il jonglait donc entre son job, ses entrainements et ses rendez-vous avec son petit ami. De son coté, Dongwoo faisait en sorte qu’Howon ne se blesse pas en surchargeant ses entrainements. En effet, ce dernier avait tendance à vouloir les accélérer pour se remettre à niveau plus rapidement. Son petit ami veillait au grain pour que cela ne se produise pas et il passait la majeure partie de son temps à s’inquiéter pour lui. La première fois qu’Howon avait pu se remettre à danser après sa rééducation, son ami avait été très surpris. Il lui avait dit qu’il était bon en danse, mais il ne s’imaginait pas à ce point-là. Les jeunes de son quartier ne faisaient pas le quart de ce qu’Howon faisait. Il ne se lassait pas de le regarder danser.

Howon s’était imposé des séances de sports en plus de son entrainement, pour reprendre le muscle qu’il avait perdu et qui lui était indispensable pour danser le Hip-hop. Du coup, Dongwoo allait à la salle avec lui et avait commencé la musculation. Les trois mois passèrent rapidement et le jour de l’audition arriva. Howon avait fait très attention aux douleurs de son corps et il savait que, cette fois, il n’y aurait pas de problème. Ce qui ne l’empêcha pas de stresser. Dongwoo le conduisit à la salle et attendit avec lui dans la salle d’attente. Il l’aida à s’échauffer et, surtout, à se calmer. Il avait confiance en son ami. Il savait qu’il réussirait. Howon fut appelé et il entra dans la salle en lançant un dernier regard à Dongwoo, qui lui sourit. L’attente était affreuse. Il stressait pour Howon, qui était sûrement déjà en train de danser. Son cœur battait la chamade et il transpirait comme s’il avait couru un marathon.

Howon entra dans la salle, se positionna au centre et se présenta au jury.

« Mais, je te connais toi ! » lança l’un des membres. « Tu es celui qui s’est blessé au genou, n’est-ce pas ? »

 

Howon fût pris au dépourvu. On se souvenait de lui.

« Heu, oui, c’est moi. » répondit-il simplement.
« Tu vas mieux apparemment. Tant mieux. Si tu ne t’étais pas blessé ce jour-là, tu aurais eu toutes tes chances. Bien ! Commençons. »

 

Howon n’en revenait pas. S’il dansait comme il savait le faire et qu’il se donnait à fond, il réussirait. La musique commença. Il pensa à Dongwoo qui l’attendait dans la salle à côté quand il se mit à danser. Le Hip-hop est une danse physique, qui peut être dure à maitriser. Mais quand on le voyait danser, cela paraissait facile. Sa tête se vidait, il prenait plaisir à sentir ses muscles et son corps bouger. Ses mains n’avaient pas tremblé et il avait laissé son stress avec Dongwoo. Lorsqu’il s’arrêta enfin, une vague de regret se lut dans ses yeux. Il voulait continuer à danser, il adorait ça. Il releva la tête et regarda le jury. L’homme qui l’avait reconnu lui sourit en hochant la tête. Il ne comprenait pas. Il avait réussi ? Non. Il n’en revenait pas.

« Jeune homme ! » l’interpella une femme. « Vu votre talent, il serait dommage de seulement être au second plan. Je sais que vous voulez être danseur mais je pense qu’il faudrait tenter un autre chemin, histoire de voir ce que ça donne. »
« Heu, oui, bien sûr. Mais de quel chemin parlez-vous ? » questionna-t-il, complètement perdu.
« Si votre capacité vocale le permet, vous pourriez devenir idole. Vous appartiendriez à un groupe où il vous serait possible de danser. En ce qui nous concerne, vous êtes pris. J’aimerais vous diriger vers une autre audition, de chant cette fois, qui est en partenariat avec celle-ci. Pour devenir idole, il faut savoir un minimum danser mais surtout chanter. Mais votre talent est tel, qu’il serait dommage de le cacher ! » finit-elle par dire en souriant.

 

Howon prit des feuilles d’inscription et de renseignements et sortit de la salle après les avoir remerciés.

Il referma la porte derrière lui et se dirigeait vers la sortie quand il sentit une main sur son épaule. Dongwoo le regardait, carrément inquiet. Howon se rendit compte alors qu’il ne donnait pas l’impression d’avoir réussi et que son ami devait s’inquiéter.

« J’ai réussi. En fait, ils m’ont même proposé d’aller à une autre audition pour me permettre de ne pas être qu’un simple danseur. Si je réussis cette audition, je pourrais être idole. »

Même en disant ces mots, il n’y croyait toujours pas. C’était trop beau pour être vrai. Dongwoo le regarda. Il n’arrivait pas à déterminer si Howon était heureux ou non. Ils sortirent de la salle et allèrent au scooter.

« Tu sais, j’ai pris deux formulaires d’inscription pour l’audition. Tu chantes vraiment bien, mieux que moi, ça c’est sur. Tu veux bien passer l’audition avec moi ? » demanda Howon.

L’autre garçon n’y croyait pas. Lui ? Passer une audition de chant pour devenir idole ? Il se rappela alors du bonheur qu’il avait ressenti à être sur scène avec Howon. Il voulait revivre ça.

« On sera peut-être dans le même groupe » dit-il simplement, en lui lançant un grand sourire.

 

Ils repartirent en réfléchissant déjà à la chanson qu’ils allaient chanter. Ils décidèrent de prendre la même pour travailler à deux et se corriger mutuellement. À la grande surprise de Dongwoo, Howon chantait bien. Sa voix n’était pas aussi grave que la sienne, mais elle était claire.

Le jour de la deuxième audition arriva. Ils passèrent l’un après l’autre et furent pris tous les deux dans la même agence en tant que trainees.

 

 

Je n’ai personne d’autre que toi.

 

Un an plus tard :

 

Howon éteignit son réveil. Il se leva après s’être bien réveillé et alla à la salle de bain. Quand il voulut ouvrir la porte, celle-ci lui résista.

« Qui c’est ? » demanda-t-il.
« C’est moi ! J’en ai pas pour longtemps, je sors. » répondit une voix qui lui était familière.

 

Quelques secondes après, la porte s’ouvrit et laissa apparaitre Dongwoo, seulement habillé d’un pantalon de survêtement.

« Les autres sont debout ? » demanda-t-il à Howon.

 

Ce dernier secoua la tête. Dongwoo lui saisit alors le menton et l’embrassa.

 

Fanfiction écrite par : Mathilde V.

Traduction des paroles utilisées : Aiyumi (Nautiljon)
Source Vidéo : woolliment
Partagé et publié par : Infinite-France
Merci de partager avec tous les crédits !

(2746 Posts)

26 ans Pas de membre favoris, trop compliqué de n'en choisir qu'un, alors je les aime tous o/ **

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *